ACCUEILLE SOUVENIR FRANCAIS DELEGATION DE L'AUDE
LECTURES HISTORIQUES
Lectures historiquesLESCALE ET LE MAQUIS DE PICAUSSEL
A u début des années 40, Lescale compte environ 105 habitants. La vie se déroule au rythme des saisons et des travaux des champs. La guerre de 1939 1945 va tout changer.
Le 5 août 1944 une colonne se dirige vers Puivert. Le 6 août 1944, vers 16h 30, deux maquisards de Lescale, Jean Carbou et Joseph Lebret qui effectuent une reconnaissance au-dessus du village de Lescale tombent dans une embuscade et sont tués, deux autres sont blessés.
STELE COMMEMORATIVE DU LIEU OU ONT ETE TUES JEAN CARBOU ET JOSEPH LEBRET.
Photo Les Amis de Lescale.
Le 7 août, tout un détachement allemand investit le village. Ils occupent et pillent les maisons. Des échanges de tirs ont lieu entre les canons allemands et les mitrailleuses des maquisards. Deux colonnes allemandes montent vers le maquis l’une venant de Puivert, l’autre de Lescale. Pour arriver dans les bois de Picaussel il faut passer par une route sur laquelle se trouve un tunnel. Le tunnel est tenu sous le feu des maquisards. Les troupes allemandes ne passeront pas
Le 11 novembre 1942, craignant un débarquement en Afrique du Nord, les armées allemandes envahissent les départements de la zone libre au sud d’une ligne qui partait de la frontière suisse en passant par Dole, Chalon sur Saône, Paray-le-Monial, Moulins, Vierzon, Angoulême, Langon, Mont-de-Marsan, Saint-Jean-Pied-de-Port pour arriver à la frontière espagnole. La résistance s’organise autour de maquis ravitaillés par parachutages de conteneurs. Dans la nuit du 15 au 16 mars 1943, un avion anglais tourne en rond sur le plateau de Sault, survole Puivert à basse altitude et largue par erreur sa cargaison sur les versants est du plateau de Sault qui dominent le village de Lescale. Les conteneurs seront récupérés au petit matin cachés dans la forêt par des jeunes de Lescale qui avertissent l’instituteur du village Lucien Maury. Début 1944 recherchés par la gestapo un premier groupe d’hommes dont certains de Lescale s’installe dans une grotte non loin du village. Les effectifs augmentant le poste de commandement se déplace dans une bergerie au bord d’une clairière dans la forêt. Le Maquis de Picaussel doit son mon à la forêt qui l’abrita. Avec un maximum de 400 hommes, il est le plus important du département. Il s’agissait d’un camp de base, de repos et de ravitaillement d’où partaient des groupes chargés d’actions de sabotages et de harcèlements . De nombreux habitants de Lescale participent activement au ravitaillement, à l’hébergement et à la prise de contact. La côte méditerranéenne de Port-Vendres à Montpellier est tenue par les 276ièmes et 272ièmes divisions de la Wehrmacht. Elle est renforcée par la 11ièmes panzer stationnée dans un triangle Toulouse Albi et Carcassonne et constitue une réserve capable d’intervenir en cas de débarquement sur les côtes méditerranéennes. Les maquis de l’Aude représentent donc pour elle une menace. L’un de ces groupements blindés reçoit donc l’ordre de détruire le maquis de Picausel. Le 5 août 1944 une colonne se dirige vers Puivert.
ENTREE DU TUNEL. ARRIVEE DES ALLEMANDS
SORTIE DU TUNEL. TENUE SOUS LE FEU PAR LES MAQUISARDS
DE CETTE COLLINE LES MAQUISARDS TENAIENT LA SORTIE DU TUNNEL SOUS LE FEU
Mais les Allemands peuvent venir par le sud, plus accessible. Dans la nuit, sentant le danger les maquisards quittent le maquis de Picausel à pied pour rejoindre plus au sud le maquis de Quérigut en passant de justesse entre les chars allemands qui viennent prendre position sur le plateau de Sault pour attaquer par le sud. Le 8 août, les Allemands attaquent et détruisent les installations du Maquis qu’ils trouvent désertes.
suite