SALSIGNE
Cérémonie du 29.9.2018
Accueil CarcassonneNous sommes rassemblés en ce lieu pour rendre un hommage au cavalier Martin Lavric, Mort pour la France en 1944. C'est une cérémonie particulière et une première dans l'Aude. Dans le courant de l'année la délégation de l'Aude a été sollicitée afin de retrouver la sépulture de Martin Lavric. Cela nous a amené à faire des recherches sur ce dernier. Né le 4 avril 1920 à St Rupert en Slovénie, il a suivi ses parents qui sont venus s'installer à Salsigne pour travailler dans les mines. Il voit le pays qui l'a acceuilli, envahi par les forces allemandes. Il choisit de les combattre et intègre les maquis du Cantal. En 1944, après la libération de la Provence, De Lattre de Tassigny est chargé de créer la 1ère Armée Française avec le Corps Expéditionnaire Français en Italie, les troupes qui ont débarqué en Provence et tous les volontaires venant des divers maquis. Martin Lavric est de ceux là. Il s'engage le 5 août 1944 au 8ème Rgt de dragons. Il va participer aux combats qui va amener cette 1ère Armée, plus connu sous le vocable « Rhin et Danube » jusqu'en Allemagne. Il ne connaîtra pas cette joie. Il tombe foudroyé par un éclat d'obus le 11 octobre 1944 à Planois, commune de Basse sur le Rupt dans les Vosges. Il est enterré dans le cimetière de la commune de Vagney où il est exhumé, sur la demande de son père, le 21 septembre 1949 pour être inhumé au cimetière de Salsigne, aux frais de l'Etat. Le temps a fait ensuite son oeuvre. Les parents sont décédés. La fratrie s'est installée loin de cette commune qui l'a accueillie. La tombe de Martin Lavric a disparu. On peut se poser la question de savoir si l'on doit laisser tomber dans l'oubli ce soldat Mort pour la France, qui est inscrit sur le monument aux morts de la commune. Mais un monument aux morts est sans vie même s'il fait partie de la mémoire communale. La tombe d'un soldat mort pour la France est beaucoup plus parlante. Elle regroupe une mémoire familiale, mais aussi une mémoire communale et en dernier lieu la mémoire de notre histoire nationale. Pour le Souvenir Français il est inacceptable que cette mémoire disparaisse.